Pourquoi je n’écris plus sur ce blog, et autres divagations… (première partie, les amis)…

Bien que je sois en train de le faire, certes. Une façon de me re-motiver, peut-être ?

Pour quelqu’un qui avait pris l’habitude de poster quasi une fois par jour par ici, ce dernier mois fut assez étonnant par la disparité de plus en plus marquée de mes posts. Il est temps pour moi-même de me demander pourquoi… (ce qui m’étonne encore plus, je vous avoue, c’est de constater qu’il y a encore des gens qui passent par ici).

Bon, commençons par être honnête, twitter est passé par là, et comme d’autres bloggueurs/euses, l’utilisation de ce petit oiseau a considérablement réduit ma capacité à écrire ici. Mais s’il n’y avait eu que ça, ça aurait été trop simple…

J’ai également été assez occupée ces derniers temps, avec un problème certain de gestion de mon temps / de mes priorités. Du stress, un peu de procrastination, le manque de temps mais l’impression de ne rien faire en même temps… Mais pourtant, ça ne m’aurait pas non plus empêchée d’écrire ici en temps normal.

Je suis partie m’aérer un peu la tête à Bordeaux. Mais j’écrivais aussi la dernière fois que j’y suis allée…

Quoi d’autre alors ? Vous savez, la fille qui se remet constamment en question ? Bon, c’est moi, ok, on le savait. Habituellement, je vous en faisais même profiter, de mes états d’âme. Sauf que… là, non…

D’abord parce que le fait même de me savoir lue, dernièrement, par des gens qui me connaissent dans la vraie vie, pose problème, même si je m’exprime toujours à mots couverts. Ensuite parce je suis incapable de mettre des mots sur mon « problème » actuel, ce qui est extrêmement perturbant pour moi qui suis toujours passée par l’écriture pour tenter de résoudre / « catharsiser » mes remises en question.

Je n’aime plus la façon dont certaines de mes relations me perçoivent. Mais je n’arrive pas à pointer vraiment ce qui m’ennuie, et la dose de frustration liée à ce sentiment général me porte sur les nerfs… Mes proches -les très proches- s’en sont bien rendus compte dernièrement. Et leur patience me touche. Ce qui ne fait qu’amplifier une autre partie de ce problème.

Je fais partie de ces gens qui se remettent en question assez souvent. Et je crois vraiment au fait d’avancer / de se modifier avec son expérience / apprendre de ses erreurs… Et que rien n’est acquis / perpétuel, ce qui m’angoisse encore beaucoup, moi qui ai tellement besoin de stabilité et qui n’en ai pas. Parce que j’ai parfois l’impression d’avoir eu plusieurs vies, en ayant changé d’entourage et de façon de vivre plusieurs fois. Et en ce moment, je sens que les choses doivent changer. Et la façon dont on me perçoit aussi.

Même si c’est flatteur, réel, gentil, je me rends compte qu’être cette fille « catalyseuse » de rencontres ne me convient plus. Je ne pourrai sans doute pas m’en empêcher et je continuerai un peu, naturellement, parce que c’est dans ma nature de… donner cette image positive des gens, les faire se rencontrer, organiser des choses. Mais je me rends désormais compte que ça m’épuise et ne me rend pas service : c’est allé trop loin, peut-être.
Certaines relations que j’ai sont complètement déséquilibrées. L’effet pervers est que je me demande de plus en plus si on vient vers moi pour moi ou parce que j’arrive à drainer un nombre assez important de gens dans mon entourage. De façon inconsciente, bien entendu. Mais l’impression est quand même là. Et l’envie que les choses soient davantage provoquées par les autres, même si, heureusement, c’est déjà le cas pour certaines personnes. Et quand j’entends plusieurs fois que j’ai un agenda tellement chargé qu’on n’a pas cherché à me contacter / me voir, je me demande si ces gens là sont bien conscients de l’absurdité de ce qu’ils racontent…

Il y a aussi les relations que j’aime, mais où je me rends compte que j’ai un rôle figé dont je ne veux plus non plus… et l’intelligence de ceux ou celles qui comprennent.

Alors je vais voir ailleurs, je m’isole un peu, j’en parle à certains, et je m’angoisse, parce que même une situation inconfortable et source de « souffrance » reste paradoxalement plus confortable que le changement qui m’angoisse, et la peur de perdre les gens, tout simplement.

Et en attendant, je n’arrive pas vraiment à écrire.

La prochaine fois, sur un ton plus léger, ou pas, je vous parlerai de la prédiction d’une amie (avec laquelle je me trouve sur un point d’équilibre relationnel, merci à elle) qui est en train de se réaliser, pour une raison que je ne m’explique absolument pas.

13 thoughts on “Pourquoi je n’écris plus sur ce blog, et autres divagations… (première partie, les amis)…

  1. 25 avril, 2009 at 12 h 43 min

    Depuis le temps qu’on te dit de t’occuper de toi.

    Je ne sais pas bien où on se situe dans tout ça, mais je pense que le temps des pique-niques/bbq approche… ;n)

  2. 25 avril, 2009 at 13 h 13 min

    Je ne sais pas m’occuper de moi… c’est tout bête.
    T’as vu le temps là ? ;) Et vous, vous êtes dans la case « j’aimerais les voir plus souvent, néanmoins j’ai peur de déranger, mais si je prenais ce vélo aussi, ça serait pas mal ».

  3. 25 avril, 2009 at 13 h 18 min

    je sais pas trop où je me situe non plus, mais en tout cas, je ne pense pas apprécier ta compagnie juste parce que tu draines des gens autour de toi (des gens très sympas, au demeurant !). je crois que je t’apprécie en tant que personne, simplement ! :o) juste parce que tu es toi. ;o)
    (et je crois que je fais partie des personnes qui se disent « tiens, je me ferais bien un ciné – mais avec qui ? hum, pas sabine, avec son planning de folie, elle doit être prise… » je l’avoue !)

  4. 25 avril, 2009 at 13 h 22 min

    Un coup de fil, un coup de pédale et hop !

  5. le tyran
    25 avril, 2009 at 15 h 00 min

    en attendant, vu que je fais de la résistance contre Twitter, j’attends toujours avec impatience tes nouveaux posts, seul moyen pour moi d’avoir de tes nouvelles !

  6. 25 avril, 2009 at 17 h 34 min

    Le Tyran » Pareil. J’en suis parti de twitter.

  7. 25 avril, 2009 at 21 h 24 min

    Dis donc, tu penses beaucoup, et je trouve tes réflexions fort intéressantes, et applicables aussi à moi par moments (puis sûrement à d’autres au passage)… Et bien que je ne le fasse pas, je crois fermement que quand on a envie de voir les gens, il n’y a rien de mieux que de décrocher son téléphone et leur rendre visite :).
    J’espère te relire bientôt, et en attendant, des bises et du soutien pour toi.

  8. Zaz
    25 avril, 2009 at 23 h 58 min

    C’est parfois compliqué de partager ses pensées surtout quand on suppose qu’elles pourraient être mal perçues ou mal acceptées par les gens qu’on apprécie (et qui ne sont pas forcément concernés par les pensées en question).
    Se remettre en question c’est une bonne chose à condition de savoir où on veut en arriver, histoire de prendre la bonne direction sans s’éparpiller. L’important c’est que tu te sentes bien dans ta tête et dans ta vie, donc si ça doit passer par quelques changements et des modifications dans tes relations amicales, autant le faire (vaut mieux se bouger quand ça commence à devenir étouffant plutôt que quand on est au fond du trou).

    Quant au changement, on se fait souvent des montagnes pour rien et au final, il me semble que les 3/4 du temps, tout se passe bien (Siro était au seuil de la mort avant de partir, maintenant elle nous parle des chanteurs de j-pop nus :p). C’est dur de se lancer mais quand on en a besoin, faut pas hésiter :)

  9. 26 avril, 2009 at 2 h 21 min

    Ah, les remises en question. Gros « problème » des trentenaires, j’ai l’impression. Je crois n’être situé nulle part, mais tu as envie de philosopher un coup, Tonton est là.

    Je suis à 100% avec toi sur la paralysie partielle qu’engendre la conscience que des amis et connaissances lisent nos blogs. Bah, c’est notre faute : fallait pas moufter ! :)

  10. 26 avril, 2009 at 2 h 42 min

    vivement mardi… ^^

  11. 26 avril, 2009 at 16 h 16 min

    huhuhu il me tarde le post sur…LES GARCONSSS :p

    Zaz> Hahaha « au seuil de la mort » ça fait très Chevaliers du Zodiaque, J’adore, j’adhère! ^^…Mais tu exagère un peu dans tes propos tout de même!! Si peup si oeu…

    Sinon effectivement, des fois quand tout va bien, on a envie d’écrire plein de choses sur notre blog…Parfois quand tout va mal aussi, pour extérioriser, essayer de comprendre, mettre à plat les choses. Parfois par contre, quand on ne sait pas bien où on va, on se dit juste « mais à quoi bon? » et l’envie n’est plus là…J’espere que l’envie va vite revenir, parce que moi (et je ne suis pas la seule) j’aime la manière que tu as de t’exprimer à l’écrit, à l’oral (même en peinture ou en chant) et que c’est plus agréable de te voir productive et enthousiaste. Alors Ganbatte ne~!

    Moi je me dis que souvent, tu n’as pas le beau rôle effectivement. Mettre en relation les gens d’une manière si naturelle qu’ils ne remarquent même pas que c’est toi qui es derrière tout ça et pourtant… Si tu n’as pas le « beau » rôle tu est de toute façon une « belle » personne et, même si c’est moins évident à voir, c’est quand même vraiment mieux au final. ^__^

  12. Pauline
    27 avril, 2009 at 11 h 07 min

    Mince, ça y est je suis démasquée : moi je viens vers toi uniquement parce que tu draines un nombre assez important de garçons dans ton entourage, un vrai vivier de beaux mecs quoi !!!

  13. 27 avril, 2009 at 14 h 04 min

    Faisons de la réponse aux commentaires à l’envers :

    Pauline, je persiste à dire que je n’ai pas tellement d’amis garçons :p Mais ça tombe bien, je vais en parler bientôt, des garçons :p

    Siro, tu as décidé de faire concurrence à zaz sur la longueur des commentaires ? ;) Mais j’aime bien ^^
    Merci pour tout, mais tu m’as déjà vue productive & enthousiaste toi ? ^^;
    Et c’est marrant que tu me parles de ne pas avoir le « beau rôle », MiLK m’a dit exactement la même chose sur un autre sujet il n’y a pas longtemps. Je dois être vouée à jouer la fille de l’ombre dans plein de domaines, j’en ai peut-être marre parce que c’est difficile, je ne sais pas.
    Et merci encore.
    Et ça vient, le post sur les garçons :p

    Mr Malinois : oui !! ^^

    Tonton : Je ne pense pas que ce soit un problème de trentenaire, je suis comme ça depuis trèèèèès longtemps :p Et sinon, paralysie partielle, oui, je l’ai cherché… Mais je vais moins me censurer que dernièrement.

    Zaz le petit lutin : Je suis naturellement résistante au changement parce que je n’ai quasi rien de stable dans ma vie. Mais j’y travaille – de toutes façons parfois on n’a pas le choix, et ça se fait naturellement aussi. Et je n’ai jamais su ce que je voulais, c’est un problème. En tout cas merci de commenter :)

    Mashenka : Je suis la fille qui pense trop, tu sais ;) Et je suis d’accord avec toi sur le coup de fil et voir les gens, je pense juste que j’ai peut-être été trop celle qui décrochait le téléphone pour appeler, et pas l’inverse, mais je devrais laisser aux gens le temps de le faire, aussi, j’ai tendance à anticiper pour arranger tout le monde. Et s’ils en ont envie, c’est toute la question que je me pose actuellement, je pense :)

    Le tyran : ok, tu as réussi à me faire rire avec ce commentaire, c’est malin.

    airway : promis, bientôt. On peut aussi remanger dehors un de ces jours. Up to you ;) (et je n’oublie pas de vous inviter un soir, promis aussi).

    karine : merci de ce commentaire… ça me touche que tu me dises ça. Par contre, oui, je râle, je n’ai pas un planning de folie, tu PEUX me proposer un ciné !! :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *