Hurt people hurt people

J’aime bien cette photo. Je vous parlerais bien des circonstances dans lesquelles elle a été prise, mais à part : « Yosemite – froid – arrivée tempête neige – perdue dans mes pensées avec ma paire de gants dans les mains », il n’y a pas grand chose à en dire (il ne va vraiment pas falloir attendre un vrai compte-rendu de mes vacances, il n’y en aura pas).

P1030877

(Photo prise de la voiture au chaud par Doc.Fusion ;) )

En essayant ce soir de façon un peu désespérée de ne pas trop piquer du nez devant Greenberg, le dernier film un peu indépendant/étrange avec Ben Stiller dans le rôle masculin principal – rien à voir avec la qualité du film, l’épuisement me rattrape dernièrement à des moments totalement incongrus – je me faisais la réflexion que dans les films plus grand public dudit Ben Stiller, on ne le voyait pas souvent de profil.
Et du coup, il n’avait pas trop la même tête que d’habitude.
Oui, je sais, je me fais des réflexions bizarres, et encore, si vous saviez.

A part ça le film m’a un petit peu trop parlé, Le Monde en a fait une critique par ici car je suis toujours aussi peu douée pour en faire, et je me demandais régulièrement pendant ce film si les gens apprenaient de leurs erreurs, changeaient. Il paraît que la plupart du temps, non.
Il paraît aussi que la plupart des gens préfèrent éviter l’affrontement / de mettre les choses au clair / ne sont pas très courageux.

A force de vivre entourée de gens qui ne sont pas dans la majorité et qui communiquent, parfois même trop, j’ai peut-être une vision déformée du monde ?
Toujours est-il que oui, hurt people hurt people, phrase tirée du film, et j’espère ne pas trop en faire partie.

Moral en montagnes russes dernièrement, je sirote des briques de jus d’orange, je me pelotonne sur mon canapé pour pleurer en me demandant quand même pourquoi je ne peux pas me raisonner toute seule / à quoi bon, je demande aux amis proches de me raisonner puisque je n’y parviens pas, j’écoute des chansons en réintégrant le groupe et en parlant de reprises chouettes, je me fais mal aux tympans avec le glockenspiel, je m’interroge sur ma personnalité, et je sors habillée de plus en plus en gamine – et pourtant, je souris, allez comprendre…

La chanson des deux derniers jours est une chouette reprise, découverte sur des improbables cd de compilations entre San Francisco & Los Angeles… allez donc par là pour l’écouter.

4 thoughts on “Hurt people hurt people

  1. 2 mai, 2010 at 11 h 53 min

    A force de s’écouter les choses viennent …

  2. 2 mai, 2010 at 19 h 16 min

    c’est une très jolie photo, c’est vrai…
    J’espere que tu vas bientôt arrêter les montagne russe quand même :/

  3. 4 mai, 2010 at 2 h 01 min

    « improbables cd de compilations », non mais dis donc elles sont pas du tout improbables mes compils, elles sont funkys c’est pas pareil :)
    Et j’aime bien la photo aussi. Et j’aime bien les montagnes russes, ça fait des guilis dans le bas du ventre comme d’aucuns diraient et finalement les guilis c’est cool !

  4. 4 mai, 2010 at 11 h 28 min

    TheCélinette : Oui mais moi je m’écoute trop, il faut que je me mette en sourdine ! :)
    sirolaine : Ben là c’est j’ai repris un tour gratuit :D
    Flaky : Elles peuvent être improbables et funkys à la fois ! :) Je vais finir par te demander les playlists u__u
    Pis les guilis quand on en abuse c’est pas cool :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *