There’s a Hazardous Tunnel Zone Ahead – Interlude photographique ↩ (12 – Home)

Mais en attendant, reposons-nous un peu à la maison.

Untitled

Untitled

Semaine 4 sur 8. Je continue à être impressionnée par cette série toute en subtilité: des personnages blessés intérieurement à divers degrés, pour diverses raisons… dont on perçoit petit à petit les failles, alors que seule l’héroïne était censée l’être, traumatisée. Pour une série vendue initialement comme légère (et qui semble encore l’être, parfois), c’est une surprise. Et puis, évidemment, ça me parle. Le fait de risquer de se dévoiler à autrui.

Se dévoiler à l’autre, c’est lui donner la possibilité de vous connaître. De connaître vos points faibles, vos peurs. C’est lui donner la possibilité de vous blesser.
Se dévoiler à l’autre, c’est lui donner la possibilité de vous connaître. Mais savoir que quelqu’un, dans ce monde, sait qui vous êtes vraiment, n’est-ce pas important ?

« – When rejected by the person you love most, when betrayed by the person closest to you—that’s when self-abasement begins. You hide in a space that’s all your own, and close your heart. I can’t just pass by people like that. »

« To that woman, a scar was like falling into deep water. The onlookers who don’t know the depth of that scar just wonder why she can’t swim out. There are so many people who belittle a stranger’s scar. She didn’t want to hear such empty words. »

Untitled

Untitled

Bon, « on a brighter note », je serai par là le 10 mars au Théâtre du Châtelet (je suis dans le « et ses musiciens »!) mais j’en reparlerai. On va déjà commencer par redonner vie à ce blog, puisque j’ai enfin remis la main sur mon appareil photo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *