Hiver.

1467253_10151809192501219_617864388_n

Je reviens d’un lieu où j’ai cru que j’allais me noyer, moi, la fille qui a trop d’empathie, qui absorbe (pourtant moins mais encore) trop les problèmes des gens, y compris, mais oui, ceux qu’ils ne réalisent même pas. Il faut croire que j’avais pourtant un instinct de survie bien présent, puisque qu’en revenant de là j’ai appelé à l’aide tous mes amis proches, ne parvenant pas à comprendre moi-même ce qui était en train de m’arriver.

Des câlins d’enfants, des paroles réconfortantes, l’inquiétude réelle que je voyais dans les yeux de ceux qui m’ont croisée, des rires et des phrases absurdes pour dédramatiser, et beaucoup, beaucoup de sommeil plus tard, je me remercie moi-même de connaître ces gens là. Mon corps a pris le dessus et m’a imposé le repos, et bien des heures plus tard, j’émerge. Terrifiée parce qu’une partie de moi veut quand même y retourner, celle qui comprend trop bien les autres. Celle qui veut sauver les autres au lieu de se sauver soi-même. Alors je dors, pour ne plus y penser. Pour résister à la tentation de retourner me perdre par là bas.

Il n’y a pas que la fatigue qui donne envie de rester au fond de son lit. Il y a cette déprime hivernale qui s’est emparée de tout mon entourage, l’encerclant de ciels gris, de matins froids, de pluie qui s’infiltre, la traître, et fait trembloter davantage. Pour la contrer je regarde des jolies images, je bois du thé, et j’écoute de la musique réconfortante, j’empile des couvertures sur mon lit, mais des colorées. Je réfléchis à des ouvrages de tricot à venir, parce que Noël approche et que, mais oui, ça ne m’angoisse plus. J’ai avancé, au fil des années, un peu, un tout petit peu. Assez pour comprendre, trop bien, les cicatrices des autres, mais assez aussi pour apprécier les moments heureux.

J’apprends cette chanson en ce moment (et je rame !). Vous savez ce que j’aime dans cette vidéo, en dehors de la (très jolie) chanson ? Cette impression paisible et heureuse qui s’en dégage.

Bon lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *