Et ma tête, alouette.

Ca fait un moment que je voulais parler de tous ces subtils mais durables changements qui s’opèrent dans ma vie quotidienne… au niveau de mon alimentation mais aussi des produits que j’utilise. Mais commençons par ma… tête.

Je dois faire partie de ces rares personnes qui aiment leurs cheveux. Les miens ne sont ni raides, ni bouclés, parfois ondulés, souvent ils n’en font qu’à leur tête (désolée, trop tentant). Longtemps je les ai teintés plus clair (vers des teintes violette, rouge, auburn, châtain…), au point que lorsque j’ai décidé il y a 2-3 ans qu’ils resteraient désormais à leur couleur naturelle, d’un, j’avais moi-même oublié de quelle couleur ils étaient, et de deux, on m’a demandé à plusieurs reprises comment j’avais fait pour obtenir cette couleur là, comme s’il était impossible d’avoir les cheveux noirs mais pas tout à fait, de façon naturelle. Hum.

Un léger écart pour les éclaircir il y a un an, et je l’ai bien regretté : en plus de les abîmer parce que ce salon de coiffure à la mode (on ne m’y reprendra plus) aime surtout couper couper et couper, la coloration les a rendus extrêmement secs, cassants, et un séjour au Japon plus tard, sous le soleil brûlant, j’avais les cheveux abîmés comme jamais, de la vraie paille. Il était donc temps de faire quelque chose, surtout quand mon coiffeur habituel chez lequel j’étais finalement retournée après le Japon m’a joyeusement engueulée. Certes paternellement mais néanmoins avec insistance. Il a coupé ce qu’il pouvait en essayant de garder une certaine longueur, et a râlé. Beaucoup.

J’ai, comme beaucoup semble-t-il, les cheveux secs et les racines qui ont tendance à regraisser assez vite. Quand on a des problèmes de cheveux, quelqu’ils soient, j’ai aussi l’impression qu’on a tendance à les laver de plus en plus, ainsi quotidiennement, et de fait à rentrer dans un cercle infernal du « plus on les lave, plus ils regraissent vite ». Je m’étais l’année dernière vaguement intéressée au low-poo, soit essayer de les laver moins souvent. Ca n’avait pas trop mal marché, mais c’était donc avant d’avoir de la paille à la place des cheveux, retour à la case départ.

Déjà, psychologiquement, les avoir coupés un peu me donnait moins l’impression de nourrir des cheveux morts (on ne va pas rentrer dans le détail du « de toutes façons ils sont déjà morts », hein). Etape suivante.

Un passage chez une amie m’a fait essayer le beurre de karité à appliquer légèrement sur les pointes. Pas trop mal comme résultat, et je me souviens m’être dit que quand ils seraient dans un état moins catastrophique, ça serait à réessayer (maintenant que j’en parle ici, ça me revient, haha).

Le sauvetage est venu de là où je m’y attendais le moins. Une de mes tantes trouvait aussi alarmant l’état de ma chevelure (c’est dire), et m’a filé une bouteille d’huile de ricin qu’elle utilisait depuis quelques mois. J’avoue que mettre de l’huile sur ma tête m’enchantait moyennement, mais pourquoi pas… et, surprise, l’huile a nourri non seulement mes cheveux déshydratés, les réparant lentement, mais a également fait du bien à mon cuir chevelu.

(Petits flacons faits maison pour les copines. L’huile de ricin est aussi appelée « huile de castor ». Je n’ai pas pu m’empêcher d’en faire des trucs mignons, comme vous pouvez le constater…)P1140913J’utilisais au début l’huile de ricin bon marché du quartier indien, mais j’avoue être passée à l’huile de ricin Aromazone que je préfère désormais, mélangée à de l’huile de coco de la même marque car appliquer de l’huile de ricin pure est un brin compliqué du fait de sa nature très visqueuse. Je laissais poser le tout environ 30′ avant de faire un bon shampooing, le tout deux fois par semaine, puis une fois, puis toutes les deux / trois semaines actuellement, puisque mes cheveux vont beaucoup mieux.

Au niveau shampooing, me voilà à peu près au rythme suivant: jour 1, un bon shampooing, puis les jours suivants, au choix les passer juste sous l’eau, les laver avec l’Argan Oil Silk Hair Mask Pack qui est un produit… coréen (acheté en avril dernier lorsque j’y étais, mais que j’avais oublié d’utiliser. C’est à la base un excellent conditionneur à base d’huile d’argan), ou rien. Re-shampooing tous les 3/4 jours en moyenne. De temps en temps, toutes les 3 semaines environ, je ressors la bouteille d’huile de ricin et celle d’huile de coco. Cette routine a l’air de plutôt bien fonctionner désormais.

Argan Oil Silk Hair Mask Pack, de chez Skinfood, qui apparemment me dure un an puisque je l’ai acheté il y a un an en Corée… il va falloir que j’y retourne ! P1140916

Comme j’ai bientôt l’intention de reprendre la piscine (non, là, ne cherchez pas, il fait trop froid), je réfléchissais à comment concilier ça avec le fait de devoir se laver les cheveux les jours de piscine. Je testerai sans doute une base lavante neutre, mais je n’ai pas encore idée de laquelle… Si vous avez des idées, je suis preneuse.

IMG_20150218_133125

Un article « prendre soin de soi, santé etc », mais que m’arrive-t-il ? …

2 thoughts on “Et ma tête, alouette.

  1. Lasher
    5 mars, 2015 at 20 h 08 min

    on ne va pas rentrer dans le détail du « de toutes façons ils sont déjà morts », hein

    Aaaaaaaaaaaaaah…TATATATATATATATA !

    (désolé, pardon, pardon, pataper)

  2. nosichan
    5 mars, 2015 at 21 h 29 min

    une fois l’huile appliquée, tu peux aussi mettre une serviette humide et chaude sur tes cheveux.

    Après le shampoing, rincer à l’eau froide additionnée d’un peu de vinaigre de cidre ( anti calcaire, démélant, etc.)

    bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *